Judith Robertson (2003)

Récipiendaire du Prix d'excellence en enseignement 2003

Judith Robertson a obtenu un baccalauréat en études anglaises à la Queen's University en 1973. Elle a débuté sa carrière au Carleton Board of Education, où elle a travaillé comme enseignante et consultante jusqu'en 1986. Pendant cette période, elle a complété une maîtrise en études anglaises à la Carleton University. Judith Robertson est entrée à la Faculté d'éducation de l'Université d'Ottawa en 1979 comme professeur à temps partiel. Après avoir obtenu un doctorat à la University of Toronto, elle a été nommée professeure agrégée à la Faculté d'éducation et à l'Institut d'études des femmes.

Professeure Robertson souhaite alimenter le dialogue sur le triangle apprentissage-littérature-socialité par la création de passerelles avec les enseignants et les chercheurs et la conception de matériel savant et de matériel pédagogique Entre 1994 et 1999, la professeure Robertson a été l'unique représentante canadienne au conseil d'administration de l'organisme américain National Council of Teachers of English. Robertson a alors collaboré au Project on Teaching about Genocide and Intolerance, dont un livre intitulé Teaching for a Tolerant World, Grades K-6. Essays and Resources a été tiré. L'ouvrage apprend aux élèves à réfléchir aux massacres de populations au moyen de textes littéraires. L'éthique pédagogique de Mme Robertson est également à l'origine de sa collaboration avec sept chercheures et chercheurs de la Faculté d'éducation au projet Words Can Change the World / Les mots peuvent changer le monde , qui vise à créer du matériel pédagogique bilingue pour faire échec au sexisme dans la formation des enseignants.

De 2000 à 2002, professeure Robertson a donné un mini-cours d'enrichissement personnel intitulé The Struggle for Survival in Wartime: Adolescent Journals in Times of War and Peace. Ce programme de rayonnement de l'Université d'Ottawa faisait découvrir à une quarantaine d'adolescentes talentueuses de l'Est ontarien la lecture et la rédaction d'un journal intime, en présentant ces activités comme un mode de survie spirituelle et politique en période de bouleversements sociaux.

Professeure Robertson cherche constamment à influencer et à stimuler la réflexion théorique et les pratiques relatives aux programmes et aux pédagogies de formation des enseignantes et enseignants. Dans le champ de l'enseignement des arts et des études culturelles en langue anglaise, elle s'est toujours employée à faire naître chez ses étudiantes et étudiants une passion aiguë pour la littérature, la vie littéraire et le rôle humanisant que peuvent jouer les formes culturelles. Ses cours, Critical Perspective on Children's Literature, Studies in Popular Culture and Education et Feminist Theories , démontrent sa capacité à éveiller ses étudiantes et étudiants à la pensée interdisciplinaire.

En plus de superviser des candidates et candidats au doctorat et à la maîtrise, elle siège à plusieurs comités d'évaluation de thèses. Depuis son arrivée à la Faculté d'éducation, elle a manifesté son sens de l'initiative en assumant diverses fonctions d'importance au sein de la Faculté, principalement celles de directrice du programme de Teacher education, de membre du Comité du Sénat pour l'étude de cas individuel et de membre élue du comité de sélection du doyen(ne) de la Faculté d'éducation.

Professeure Robertson est une conseillère pédagogique émérite et un véritable modèle professionnel. Elle sait cultiver la curiosité intellectuelle de ses étudiantes et étudiants, qui voient en elle un professeur hors pair et un mentor attentif. Éducatrice d'une grande profondeur et d'un enthousiasme inaltérable, Judith Robertson est une chercheuse et une pédagogue accomplie, dont la contribution et le dévouement envers la Faculté d'éducation sont exemplaires.

Haut de page