Liliane Dionne (2009)

Liliane Dionne image

Reconnue pour son leadership et ses projets rassembleurs d'envergure, Liliane Dionne fait montre d'une grande capacité de création.

En effet, celle qui oeuvre depuis vingt ans en enseignement-apprentissage des sciences est vue par ses pairs comme une vraie génératrice d'idées. D'ailleurs, elle constate que ses études doctorales lui ont permis « de canaliser sa créativité de manière à en faire profiter la communauté éducative », ce qui nourrit chez elle ce désir intrinsèque d'apporter des contributions notables dans son domaine.

Professeure adjointe à la Faculté d'éducation de l'Université d'Ottawa depuis 2004, Liliane Dionne a d'abord travaillé comme enseignante des sciences au secondaire. C'est grâce à ses années d'expérience en milieu de pratique qu'elle s'est intéressée au phénomène de la collaboration entre enseignants, sujet central à sa thèse doctorale.

Chercheure aguerrie, elle a collaboré à plusieurs publications arbitrées, livres et chapitres de livres, en plus d'initier de nombreux projets de recherche subventionnés, notamment, par le Conseil de recherche en sciences humaines. Son implication au sein de l'Unité de recherche Science ECO 21, dont elle est la chercheure principale, témoigne bien, par ailleurs, de son désir de rallier collègues et homologues des quatre coins du globe autour de projets concourant au rayonnement des sciences en milieu scolaire.

Liliane Dionne s'intéresse actuellement aux communautés d'apprentissage comme mode de développement professionnel en sciences chez les enseignants, ainsi qu'au sentiment d'autoefficacité en sciences chez les enseignants. Parmi ses autres projets de recherche, elle étudie les facteurs de motivation pour l'Expo-sciences chez les élèves du secondaire. Enfin, elle collabore à un projet international visant à comparer le contenu des programmes-cadre en éducation environnementale. Malgré un emploi du temps très chargé, Liliane Dionne compte plusieurs projets en gestation. Elle souhaiterait, entre autres, approfondir certains thèmes s'inscrivant dans la suite de ses travaux de recherche sur l'accompagnement dans le contexte des communautés d'apprentissage, ainsi que sur des thèmes de recherche et d'activités qui lui sont chers.

Concernant la formation initiale en éducation scientifique, elle est aussi l'instigatrice d'un projet de partenariat avec le Musée canadien de la nature, qui offre une occasion pour quelques étudiants inscrits au Programme de formation à l'enseignement d'effectuer un stage d'animation scientifique au musée et de consolider ainsi leurs connaissances scientifiques.

Au chapitre de ses contributions au service à la collectivité, elle participe, au sein de l'Unité de recherche éducationnelle Science Eco 21 – une unité de recherche oeuvrant au développement de partenariats internationaux pour la promotion du rehaussement de la culture scientifique en milieu scolaire – à la mise sur pied d'une série de cafés scientifiques en environnement, portant sur les fondements de l'éducation environnementale et au développement durable, la lutte à la surconsommation, l'éco-jardinage dans les cours d'école, etc.

Haut de page