Héritières du suffrage : À voix égales

Publié le mardi 13 juin 2017

Marie-Claude Bibeau et Rabia

Héritières du suffrage est une initiative qui a permis à 338 jeunes femmes âgées de 18 à 23 ans de se familiariser avec les rouages de la politique canadienne. Plusieurs panels de discussion animés par des leaders sociaux et politiques ont eu lieu à la Chambre des communes du Parlement pendant quatre jours. Rabia Abdeddaïm, étudiante de première année au programme de Formation à l’enseignement, figurait parmi les participantes.

« J’ai eu l’opportunité de participer à des échanges stimulants avec des femmes engagées de divers horizons », raconte la jeune femme. « J’ai pris part à plusieurs panels de discussion liés au domaine de l’éducation, notamment celui sur les droits linguistiques. La ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, est aussi venue nous parler de certains enjeux sociétaux dans les pays de la Francophonie. C’était fort instructif. »

Dans le cadre de cette initiative, Rabia a été sélectionnée comme déléguée de la circonscription de Québec, que représente actuellement Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social. « Nous avons discuté de sujets tels que l’importance d’un système de garde accessible et de son importance sur le parcours scolaire des enfants, et de ses effets bénéfiques sur l’émancipation des femmes dans la société », poursuit l’étudiante. « Cela m’a fait prendre conscience que le domaine de l’éducation est influencé par plusieurs enjeux de société et que les politiques éducationnelles doivent les prendre en considération. »

Elle a d’ailleurs eu l’agréable surprise de rencontrer Natasha Lagarde, à qui l’on a demandé, en tant qu’étudiante à la maîtrise en enseignement, de prendre part au panel Leadership : Finding courage.

Rabia s’est aussi impliquée en tant que vice-présidente aux affaires pédagogiques au sein du conseil exécutif 2016-2017 de l’Association des étudiantes et des étudiants à la formation en enseignement (AEEFE). Elle a été élue présidente pour l’année 2017-2018.  

Pour conclure, elle affirme : « Je suis vraiment reconnaissante de la façon dont la Faculté crée un environnement d’apprentissage où le sens du leadership de ses étudiants est encouragé. »

Lisez la biographie de Rabia et apprenez-en plus sur les héritières du suffrage de l’Université.

Haut de page