CHENINE - Changement, engagement et innovation en éducation : un co-laboratoire canadien

Publié le vendredi 21 août 2020

 

 

Que signifie CHENINE ?

Changement, engagement et innovation dans l'éducation : un co-laboratoire canadien (CHENINE) est un centre national interdisciplinaire canadien ayant un impact et une portée mondiale, conçu pour créer et coordonner des infrastructures technologiques, pédagogiques, de programmes d'études et de recherche. Ce centre soutient et favorise un apprentissage innovant et engageant pour les apprenantes/apprenants, quel que soit leur contexte ou leur situation. CHENINE est une ressource publique pour les éducatrices/éducateurs et les leaders de l'éducation dans toutes les provinces et territoires, à tous les niveaux, et est une entité universitaire indépendante et transparente sur le plan conceptuel.

CHENINE a son siège à l'Université d'Ottawa, une institution bilingue située dans la capitale nationale du Canada. En tant que base du projet éducatif ARC, l’Université est associée à un réseau international de systèmes éducatifs qui partagent les valeurs fondamentales d'équité, de diversité et d'inclusion; valeurs qui constituent également le fondement de la mission de CHENINE.

L’équipe de CHENINE s’est déjà fait remarquer en participant à de nombreuses discussions sur l’éducation à l’ère de la COVID-19 à la radio (CBC), à la télévision (CBC, CTV, Global, Rogers) ainsi que dans le Globe and Mail, le National Post, le Washington Post, La Conversation, le London Times, et le Star.

 

La pandémie mondiale COVID-19 de 2020 a révélé quatre réalités
étonnantes pour l'éducation :

 

UN : Nous ne pouvons pas nous passer de personnel enseignant, des installations physiques des universités et des écoles. Les écoles dispensent des soins par des adultes qualifiés et, comme les universités, elles créent une communauté parmi les jeunes. Ce sont des endroits où des experts accrédités plutôt que des amateurs bien intentionnés ou des machines impersonnelles sont les meilleurs enseignantes/enseignants pour notre jeunesse. La technologie ne peut et ne doit pas remplacer des enseignantes/enseignants et des professeures/professeurs hautement qualifiés.

DEUX : Certaines ressources et plateformes technologiques peuvent améliorer l'apprentissage et le font effectivement, mais l'accès à ces ressources est inégal d'une famille à l'autre et a également été variable, en raison des différents niveaux d'intérêt et d'expertise des enseignantes/enseignants en matière de technologie, dans nos écoles, nos universités et nos communautés.

TROIS : La crise de COVID-19 et le passage à l'enseignement à distance ont fait qu'il n'y aura désormais pratiquement plus aucun membre du corps enseignant ou professoral sans une compétence de base et une familiarité avec l'enseignement en ligne ou à distance. Nous avons la possibilité de reprendre l'enseignement formel et l'apprentissage universitaire après COVID à un nouveau niveau d'engagement et de capacité plus élevé.

QUATRE : Les arguments et les conditions pour créer un accès universel, équitable et inclusif à un apprentissage, un engagement et une innovation améliorés par la technologie pour tous les apprenantes/apprenants, partout, en tant que droit humain fondamental, ne pourraient pas être plus forts qu'ils ne le sont actuellement.

 

 

Rencontrez l'équipe

 

 

Andy Hargreaves, Ph.D.
Directeur  CHENINE 
Professeur invité, Faculté d'éducation
Université d'Ottawa

andyhargreaves.com

 

Andy Hargreaves est un écrivain, chercheur et conseiller international en matière d'enseignement, de leadership et de changement éducatif. Il a été président du Congrès international portant sur l'efficacité et l'amélioration de l'école. Il a aussi été conseiller en éducation auprès du Premier ministre de l'Ontario (2015-2018) et est actuellement conseiller auprès du Premier ministre de l'Écosse. Il est président et co-fondateur de l'ARC Education Project qui rassemble sept systèmes éducatifs et leurs ministres afin de faire progresser les valeurs humanitaires dans l'éducation. Il a publié plus de 30 livres et plus de 100 articles savantes.

Hargreaves a reçu huit prix d'excellence en écriture, dont le prestigieux prix Grawemeyer en éducation d'un montant de 100 000 $ pour Professional Capital : Transforming Teaching in Every School - avec Michael Fullan (2015). Il a été honoré aux États-Unis et au Royaume-Uni pour ses services envers l'éducation publique et est classé par US Education Week parmi les 20 meilleurs universitaires ayant le plus d'influence dans la conversation sur la politique de l'éducation aux États-Unis. En 2015, il a reçu le prix du Boston College Excellence in Teaching with Technology. Hargeaves a 38 000 abonnés sur Twitter @hargreavesbc. Son dernier livre s'intitule Moving : a memoir of education and social mobility, (Solution Tree, 2020).

Pour en savoir plus, rendez-vous au andyhargreaves.com

 

 

Amal Boultif, Ph.D.
Professeure adjointe,  Faculté d'éducation
Université d'Ottawa

Amal Boultif est une chercheuse dans le domaine des multilittératies et plus particulièrement l’enseignement et l’apprentissage avec les littératies multimodales et numériques. Elle s’intéresse, en particulier à l’écriture et à la lecture sur supports numériques, en lien avec les élèves en difficulté. Elle voit dans la littératie médiatique et multimodale en contexte numérique, une perspective nouvelle dans l’enseignement et en apprentissage en contexte bilingue ou minoritaire. Boultif a donné de nombreuses conférences sur les usages du numérique en pédagogie universitaire et sur les approches innovantes en éducation à travers le monde. Elle a contribué à des chapitres et à des articles sur l’atelier d’écriture slam, la lecture numérique, la multimodalité en enseignement, les multilittératies et sur l’enseignement stratégique en lecture. Ses plus récentes recherches portent sur : les usages du numérique et de la multimodalité en enseignement et en apprentissage du français, les ateliers d’écriture poétique inspirée du slam et leur adaptation en contexte parascolaire, au primaire, en Haïti. Elle a aussi offert des ateliers de soutien aux parents dont les enfants sont scolarisés à distance, dû à la COVID-19. Elle a contribué à des rapports sur compétences, processus et stratégies de lecture en fonction des genres textuels numériques et des supports numériques, ainsi qu’à des recherches sur l’enseignement stratégique de la lecture inspirées de l’approche Reading Apprenticeship et son adaptation aux supports numériques.

Boultif a travaillé au sein de groupes de recherche tels que les Groupes de recherche en littératies médiatiques et multimodales (LMM) et apprenants en difficulté en écriture et en lecture (ADEL). Avant d’enseigner en didactique du français et en éducation spécialisée, à l’Université du Québec à Montréal, elle a été professeure au secondaire (22 ans) dans des Lycées à Alger, et a contribué à l’élaboration des programmes de français au sein du ministère de l’Éducation nationale algérien.

Découvrez les recherches d'Amal Boultif et suivez la sur Twitter @boultif_amal

 

Megan Cotnam-Kappel, Ph.D.
Professeure adjointe,  Faculté d'éducation
Université d'Ottawa

Équité numérique

 

Megan Cotnam-Kappel, Ph.D. est une franco-ontarienne engagée dont la recherche et l'enseignement contribuent à l'avancement d'une société plus juste. Son programme de recherche actuel explore et contribue aux théories et à la pratique concernant les expériences des francophones dans des contextes de langue minoritaire afin de co-créer des pédagogies et des espaces en ligne qui sont informés par leurs contextes culturels, sociolinguistiques et géographiques.

Depuis son arrivée à la Faculté d'éducation en 2016, elle a obtenu plus de
550 000 $ en financement externe et a mené des études sur les littératies numériques et les compétences et besoins en matière de citoyenneté numérique (financées par le ministère de l'Éducation), sur l'apprentissage de la fabrication et des littératies (subvention Savoir du CRSH) et, plus récemment, a lancé une nouvelle étude financée par le CRSH pour créer des conditions d'équité numérique, le tout au sein des écoles de langue française en Ontario. Cette nouvelle étude, menée avec la cochercheuse Michelle Schira Hagerman, vise à façonner le monde numérique afin de permettre à tous les jeunes de l'Ontario d'acquérir une variété de compétences en littératie numérique et de contribuer pleinement à leur rôle actuel et futur dans la société, et ce, de façon plus équitable. À ce jour, elle a coédité deux livres et un numéro spécial de revue et publié 13 articles de revue ainsi que cinq chapitres de livre. Elle a récemment obtenu le Prix du nouveau chercheur de la Faculté d'éducation en 2019. Cotnam-Kappel a obtenu un doctorat conjoint en éducation à l'Université d'Ottawa et à l'Université de Corse et a complété sa recherche postdoctorale à l'Université de Harvard.

Pour en savoir plus, consultez equitenumerique-digitalequity.ca et
suivez Cotnam-Kappel sur Twitter @Megan_C_K

 

Phyllis Dalley, Ph.D.
Professeure titulaire,  Faculté d'éducation
University of Ottawa

 

Phyllis Dalley  


Phyllis Dalley est une chercheuse dans le domaine de l'éducation des langues minoritaires. Elle s'intéresse particulièrement aux écoles en tant qu'espaces de (re)production d'inégalités sociales et de luttes pour le pouvoir sur l'avenir des minorités. Dans le cadre du projet CHENINE, elle s'intéressera à la création d'espaces de sociabilité éducative, de multilinguisme et de pluralité des modes de normativité par et pour les écoles de langue française au Canada. Ces espaces permettront aux communautés desservies par les écoles de prendre leur place dans une écologie numérique inclusive en diverses langues, cultures et communautés du monde.

Pour en savoir plus, rendez-vous au Phyllis Dalley et suivez-la sur Twitter @PhyllisDalley

 

Michele Hagerman

 

Michelle Schira Hagerman, Ph.D.
Professeure adjointe,  Faculté d'éducation
Université d'Ottawa

Michelle Schira Hagerman

 

Par ses recherches et son enseignement, Michelle Hagerman s'efforce de comprendre les complexités du sens de la création à partir de textes numériques, et d'élaborer des stratégies et des solutions qui permettent aux enseignants et aux élèves de devenir des participants à part entière et critiques dans les cultures numériques en réseau à l'échelle mondiale. Elle a publié quatorze chapitres et articles de recherche, coédité un livre et cosigné des synthèses de recherche pour le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) du Canada et pour la National Science Foundation (NSF) des États-Unis. Elle a reçu plus de 350 000 dollars de fonds fédéraux afin de soutenir ses recherches sur l'alphabétisation des enfants en classe, la synthèse de sources d'information multiples et multimodales et l'équité numérique pour les enfants de la quatrième à la sixième année vivant dans des communautés rurales et urbaines en Ontario.

En 2017, elle a fondé l'Institut canadien pour l'apprentissage des littératies numériques. Avec le soutien des conseils scolaires francophones et anglophones locaux, cette initiative a permis de mettre en contact plus de 150 membres du corps enseignant, chercheuses et chercheurs universitaires et les étudiantes et étudiants de troisème cycle (francophones et anglophones) dans l'exploration approfondie de modèles innovants d'enseignement de la littératie numérique.

Enseignante certifiée de l'Ontario, Hagerman a enseigné le français langue seconde dans les écoles publiques et indépendantes canadiennes pendant dix ans. Ses perspectives uniques en tant qu'enseignante, parent, chercheuse en littératie numérique et conceptrice de cours en ligne lui ont permis d'apporter des perspectives axées sur l'équité à la couverture médiatique provinciale et nationale de l'apprentissage en ligne avant et pendant la crise COVID-19.

Diplômée de l'université de première génération, elle est titulaire d'un doctorat en psychologie et technologie de l'éducation du Michigan State University College of Education.

Découvrez plus sur digitaliteracies.ca et suivez-la sur Twitter @mshagerman

 

Joel Westheimer, Ph.D.
Professeure titulaire,  Faculté d'éducation
Université d'Ottawa

joelwestheimer.org

Joel Westheimer est chroniqueur sur l'éducation à la radio de la CBC et titulaire d'une Chaire de recherche universitaire sur la démocratie et l'éducation à l'Université d'Ottawa. Auteur, conférencier et défenseur de l'éducation, il codirige également (avec John Rogers, UCLA) le Projet Inequality, qui étudie ce que les écoles nord-américaines enseignent sur l'inégalité économique.

Westheimer a grandi à New York et a commencé sa carrière dans l'éducation en tant que directeur de camp d'été puis professeur de collège dans les écoles publiques de la ville de New York avant d'obtenir son doctorat à l'université de Stanford. Parmi ses livres figure What Kind of Citizen: Educating Our Children for the Common Good; Pledging Allegiance : The Politics of Patriotism in America's Schools (préface de Howard Zinn) et Among Schoolteachers : Community, Autonomy and Ideology in Teachers’ Work.

Il est l'auteur de plus de 75 articles savants et professionnelles, de chapitres de livres et d'ouvrages. Il s'adresse à des auditoires de radio et de télévision et a prononcé plus de 200 discours-programmes, tant au niveau national qu'international. Il vit avec sa femme et ses deux enfants à Ottawa où, en hiver, il fait du patin à glace pour se rendre au travail et en revenir.

Suivez Westheimer sur Twitter @joelwestheimer ou pour en savoir plus, consultez le site joelwestheimer.org

 

Jess Whitley, Ph.D.
Professeure agrégée,  Faculté d'éducation
Université d'Ottawa

jesswhitley.ca

 

Les recherches et l'enseignement de Jess Whitley, Ph.D., sont motivés par la volonté d'améliorer l'expérience scolaire de tous les élèves et le corps enseignant. Ses recherches portent sur la connaissance de la santé mentale, la politique d'éducation inclusive, la préparation des enseignantes et enseignants à l'éducation inclusive et le bien-être des enfants et des jeunes ayant des problèmes de santé mentale. Elle mène des recherches en partenariat avec des collègues universitaires de tout le Canada et collabore avec des organisations communautaires, notamment le Crossroads Children's Mental Health Centre. Ses recherches actuelles, qui font appel à des méthodes mixtes, explorent les expériences de parents qui soutiennent les élèves ayant des besoins éducatifs spéciaux pendant les fermetures d'écoles liées à COVID-19. Elle dirige également une évaluation sur trois ans, de la mise en œuvre de la politique d'éducation inclusive en Nouvelle-Écosse, au Canada. Depuis qu'elle a rejoint la Faculté en 2008, elle a reçu plus de 800 000 dollars en subventions et contrats gouvernementaux et a publié plus de 30 articles et chapitres de livres.

Whitley fait partie du Canadian Research Centre on Inclusive Education et est associée à Inclusive Education Canada ainsi qu'au Centre for Research on Educational and Community Services. Dans son enseignement, elle vise à préparer de façon optimale, les futurs enseignantes et enseignants à créer des classes inclusives et à développe davantage les compétences et les connaissances de la population étudiante au niveau des études supérieures. Whitley est cofondatrice du Comprehensive School Health B.Ed. cohort at the University of Ottawa.

Pour en savoir plus sur les recherches de Whitley, rendez-vous sur
jesswhitley.ca et suivez la sur Twitter @educatorjess
 

Liens connexes

Haut de page