La foire de recherche du PIRPC

Publié le jeudi 31 mars 2016

Audrey Brossoit

Le Programme d’initiation à la recherche au premier cycle (PIRPC) fournit aux étudiantes et aux étudiants de premier cycle de toutes les facultés l’occasion d’explorer de nouvelles pistes de recherche et de progresser dans leur parcours professionnel. Le 24 mars, les étudiants de toutes les facultés, y compris ceux de la Faculté d’éducation, se sont réunis au Centre universitaire pour communiquer le résultat de leurs recherches.

Les sujets de recherche des étudiants en éducation étaient extrêmement variés, mais présentaient tous un grand intérêt.

Audrey Brossoit, qui s’est penchée, avec la professeure Anne-Marie Dionne, sur la représentation des grands-parents dans la littérature jeunesse, a découvert que les stéréotypes associés aux grands-parents dans ce genre littéraire relevaient davantage du sexisme que de l’âgisme. William Stanton et la professeure Lorna McLean ont étudié la représentation des genres dans le curriculum de l’Ontario, particulièrement aux cycles primaires et moyens. Ils ont découvert que les femmes étaient associées plus souvent que les hommes à une catégorie à part. Jinan Zeitoun a lui aussi travaillé avec la professeure Lorna McLean pour examiner dans quelle mesure le curriculum ontarien était inclusif dans une perspective de diversité ethnique et culturelle. Ses recherches ont révélé que le curriculum tenait compte de la diversité des communautés telle qu’on la voyait au Canada de 1780 à 1850 et non de la diversité des communautés dans leur état actuel. Hannah Adam et le professeur Bernard Andrews ont mené un sondage auprès des candidats à l’enseignement pour mieux comprendre leur expérience au sein du Programme d’apprentissage par l’engagement communautaire. La grande diversité des expériences vécues par les étudiants dont fait état le sondage a révélé des lacunes structurelles qui nécessiteraient la modification du programme. Finalement, Marie-Ève Rosette Hodak et Jeanne Monique Séguin, en collaboration avec les professeures Donatille Mujawamariya et Catherine Mavriplis, ont cherché à savoir ce que pensent les futurs ingénieurs sur la présence des femmes en génie comme façon de mieux répondre aux besoins de la société. Les réponses obtenues à la suite de six entrevues menées auprès d’étudiants en génie ont démontré qu’une plus grande présence des femmes et des minorités générales dans ce secteur pourrait, entre autres effets positifs sur la société, apporter de nouvelles perspectives.

Pour voir les photos de la foire de recherche du PIRPC.

Haut de page