Lutter contre le racisme au-delà du milieu universitaire : des voix de la communauté

Publié le jeudi 22 avril 2021

 les voix de la communauté,, logo de l'Université d'Ottawa, images des panélistes.

 

'Lutter contre le racisme au-delà du milieu universitaire : des voix de la communauté' est une table ronde sur le travail collaboratif contre le racisme dans l'éducation. Réunissant des leaders communautaires et des universitaires, cet événement est organisé conjointement par le professeur Francis Bangou, vice-doyen, gouvernance et affaires étudiantes à la Faculté d'éducation, et Karine Coen-Sanchez, doctorante à la Faculté des sciences sociales de l'Université d'Ottawa.


Description de l'évènement : Aujourd’hui, on ne peut plus se contenter de déclarations : il est impératif de travailler ensemble pour réévaluer les structures discriminatoires systémiques en éducation. En poursuivant un dialogue sur le racisme institutionnel et systémique dans le monde universitaire et au-delà, nous serons mieux équipés pour élaborer des plans d'action à long terme. Pour faire tomber les barrières en éducation, il est essentiel de nouer des partenariats avec des leaders de la communauté. Ces collaborations permettront d'aborder les obstacles structurels avec des solutions pratiques et d'explorer les implications des politiques scolaires. Par le dialogue, nous pouvons continuer à démanteler les approches coloniales en élaborant des méthodes d'enseignement innovantes. Cette table ronde contribuera à l’émergence de nouvelles perspectives importantes pour le personnel enseignant, les administrateurs, les universitaires et les décideurs politiques.

Date : le jeudi 13 mai 2021

Heure : 18 h à 20 h

Inscrivez-vous : Lutter contre le racisme au-delà du milieu universitaire : les voix de la communauté

Cet événement est gratuit, l'inscription est obligatoire. La table ronde se tiendra en français et en anglais.


Organisateurs

Francis Bangou est vice-doyen à la gouvernance et aux affaires étudiantes et professeur agrégé en didactique des langues secondes (français et anglais). Ses recherches portent sur l’adaptation des enseignants et des apprenants de langue seconde à des environnements d’enseignement et d’apprentissage non familiers, ainsi que sur l’intégration des technologies numériques dans l’enseignement de la langue seconde. Il est directeur du groupe de recherche Éducation et Langues EducLang.

Karine Coen-Sanchez est doctorante en sociologie à l'Université d'Ottawa. Ses recherches portent sur le racisme systématique ancré dans les établissements d'enseignement et sur la façon dont il se manifeste dans les expériences de la population étudiante et des travailleurs racialisés. Elle s'intéresse particulièrement à la déconstruction du concept de race et à la façon dont le terme " racialisation " attire l'attention sur la manière dont les identités " raciales " sont construites et contestées dans le cadre des relations de pouvoir. Ses intérêts de recherche sont nés de ses propres expériences en tant qu'étudiante noire, où elle a observé un profond décalage entre la composition du corps étudiant et ce qui était enseigné dans son programme d'études supérieures. Son travail fait le lien entre les espaces académiques et publics, notamment en organisant une série de panels.


Panélistes

Abdi Bileh Dirir est directeur adjoint à l’école secondaire publique Omer-Deslauriers et le fondateur de l’Association canadienne pour la promotion des héritages africains. Il est aussi président du groupe d’experts contre le racisme en éducation de la Commission canadienne de l’UNESCO. Candidat du Prix UNESCO-Madanjeet Singh pour la promotion de la tolérance et de la non-violence en 2016, M. Abdi Bileh est Lauréat du prestigieux Prix d'Excellence en enseignement de la capitale en 2014. Il est aussi lauréat d’un Prix provincial qui lui a été décerné par le Ministère des Affaires civiques, de l’Immigration et du Commerce international de l’Ontario pour son travail de la promotion de l’inclusion et de la diversité. Membre actif dans la communauté, M. Abdi Bileh offre son expertise pour aider les nouveaux arrivants à mieux s’intégrer dans la société canadienne. Il organise également des événements d’envergure à caractère national et international pour promouvoir la culture et l’histoire des personnes d’ascendance africaines. En février 2017, il s’est associée à l’UNESCO pour regrouper des artistes canadiens de différents horizons et origine pour rejoindre la Coalition internationale des artistes pour l’Histoire générale de l’Afrique de l’UNESCO, une première au Canada.

Tom D’Amico est le directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques d’Ottawa. Fort de plus de 30 ans d’expérience en éducation, il a occupé plusieurs postes dans ce secteur : enseignant, administrateur d’école, surintendant des ressources humaines, surintendant des technologies d’apprentissage et directeur associé de l’éducation. Cet éducateur primé a reçu le Prix du Premier ministre pour l’excellence dans l’enseignement et le prix Directeurs et directrices exceptionnels du Canada. À titre de surintendant, il a obtenu le prix EXL, qui souligne l’excellence en surintendance. Il a donné des présentations partout au Canada sur les technologies pédagogiques et le leadership en éducation au 21e siècle. Par ailleurs, M. D’Amico est coresponsable canadien de New Pedagogies for Deep Learning (NPDL), un partenariat mondial de plus de 1 500 écoles de 10 pays qui s’intéresse aux pratiques à adopter pour développer l’apprentissage profond et les compétences globales. Outre ses qualifications en éducation, il possède un certificat d'Osgoode en droit scolaire, un certificat en leadership en matière de santé mentale au travail, un certificat pour cadre en modes substitutifs de résolution des différends et une attestation en sécurité des écoles.

Jimmy Pai enseigne les mathématiques au secondaire depuis une dizaine d’années. Dans le cadre de ses études supérieures, ce passionné d’éducation s’est intéressé aux façons d’écouter et de répondre aux élèves, en s’appuyant notamment sur les concepts d’identité et d’autonomie. Tant en classe qu’à l’extérieur, il s’efforce surtout de créer des espaces sûrs et de permettre aux élèves de se faire entendre dans des forums, des discussions ou des groupes d’affinité. Au cours des dernières années, il a travaillé avec ses élèves à la mise sur pied d’initiatives et d’événements qui mettaient en valeur l’excellence des communautés noires et le féminisme. De plus, selon luiil est important et urgent de reconnaître que le personnel enseignant joue un rôle important dans la perpétuation du racisme systémique et de changer ce fait. Afin d’amorcer et d’entretenir un dialogue constructif dans le milieu de l’enseignement, il a dirigé des groupes de travail composés de pédagogues qui dans un premier temps se familiarisent au racisme et  à l’antiracisme et dans un deuxième temps discutent des pratiques pédagogiques culturellement pertinentes, adaptées et anti-oppressives. Son projet actuel consiste à créer un espace sûr où les élèves peuvent parler de lutte contre le racisme envers les Asiatiques et de solidarité.

Nathalie Sirois baigne dans le milieu de l’éducation depuis plus de 20 ans. Elle a œuvré au sein de systèmes éducatifs et d’organismes communautaires à divers titres au Canada et à l’international. Elle nourrit un engagement profond envers le développement et la promotion des pratiques requises pour établir et entretenir des milieux d’apprentissage et de vie qui sont équitables, socialement justes et épanouissants – pour les enfants d’abord, mais fondamentalement pour tous. Elle s’intéresse aux questions touchant la diversité de l’expérience humaine sous tous ses aspects en général – et les multiples facettes de l’interculturalité et de l’intersectionnalité en particulier.

 

Voir notre initiative Solidaire contre le racisme : Année d’action de la Faculté d’éducation pour la justice raciale 2020-2021.

 

Solidaire contre le racisme, Faculté de l'éducation, PANDC coups de pinceau logo uOttawa

 

 

Haut de page