Un message de soutien à la communauté de l'Université Laurentienne

Publié le mardi 13 avril 2021

Université Laurentienne à l'automne, vue de la rivière

Dans le sillage des annonces de cette semaine, nous, les membres de la Faculté d'éducation de l'Université d'Ottawa, nous joignons au chœur diversifié des voix qui expriment leur soutien à la communauté de l'Université Laurentienne. C'est un moment de perte profonde pour la population étudiante, le personnel et les membres du corps professoral, ainsi que pour la mission de l'enseignement supérieur dans son ensemble. En tant que Faculté d'éducation, une partie de notre raison d'être est de préparer les futurs éducateurs à faire carrière dans les écoles francophones. Nous sommes particulièrement troublés par ce que ces fermetures de programmes laissent présager pour l'éducation dans la province. Les implications de ces décisions ont des conséquences à la fois immédiates et à long terme pour la francophonie dans le Nord de l'Ontario.

Les coûts humains de telles coupures d'emplois dépassent le simple aspect monétaire, bien qu'il s'agisse d'un coup en cascade pour toute communauté. Sudbury est un carrefour d'institutions de langue française et de culture francophone. Les enfants qui fréquentent les écoles francophones de la région deviennent la prochaine génération de chefs d'entreprise, d'industrie et de culture francophones et, pour certains, la prochaine cohorte de candidates et candidats à la formation à l’enseignement. Le manque de financement des programmes francophones limite les possibilités d'éducation supérieure et met en péril l'épanouissement actuel et futur de la communauté franco-ontarienne. Le rôle central de l'Université Laurentienne comme moteur d'une francophonie dynamique dans le Nord de l'Ontario date depuis longtemps et nous espérons que des solutions robustes pourront être trouvées pour atténuer la situation actuelle.

 

Richard Barwell, doyen de la Faculté d'éducation
Université d'Ottawa

Haut de page