Ouvrir les écoles au monde

Publié le jeudi 1 février 2018

Si on demande à Édith Dumont (B.A. 1985, M.Éd. 1997) ce qui la motive, celle qui a reçu l’Ordre d’Ottawa en novembre 2017 vous répondra : « Le service communautaire! » Reconnue « pour son attachement aux communautés scolaires et à la jeunesse d’aujourd’hui », comme le souligne l’éloge qui accompagne la distinction, Mme Dumont se passionne pour l’éducation. C’est cela, poursuit l’éloge, qui fait d’elle une « ambassadrice exemplaire [ayant] pris la parole un peu partout dans le monde ».

Un engagement reconnu deux fois plutôt qu’une au cours de la dernière année, puisque le gouvernement français lui a remis, le 5 mars 2018, les insignes de Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques, la plus ancienne des distinctions décernées uniquement à titre civil en France. Lors de la remise officielle à l’Ambassade de France à Ottawa à l’occasion du mois de la Francophonie, l’ambassadrice Kareen Rispal a tenu à rendre hommage à « une femme de cœur, icône inspirante de l’éducation francophone en milieu minoritaire de l’Ontario qui a fait de cette cause, l’engagement d’une vie ».

Directrice de l’éducation au Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO), Édith Dumont a été honorée par cette marque de reconnaissance : « J’y vois une appréciation du travail et de l’engagement citoyen que je tente d’incarner au quotidien. »

Cette femme engagée milite pour plusieurs causes, de la culture francophone à la prévention du crime, sans oublier la protection des droits des femmes et des minorités linguistiques. « J’aime l’idée que se regrouper et travailler ensemble pour une cause peut faire toute la différence dans nos communautés », dit-elle. 

Pour en savoir plus sur son parcours et sa contribution au service communautaire, lisez l'article Gazette Ouvrir les écoles au monde.

Haut de page