Une conversation avec Saba Alvi, lauréate du Prix du professeur à temps partiel

Publié le samedi 8 février 2020

Saba Alvi

Professeure Saba Alvi

 

 

Félicitations à Saba Alvi, PhD, lauréate du Prix du professeur à temps partiel de l’année 2019.

Le Prix d’excellence du professeur ou de la professeure à temps partiel de l’année a été créé en 1996 afin de souligner l’apport des membres de l’Association des professeures et professeurs à temps partiel de l’Université d’Ottawa (APTPUO) à l’enseignement universitaire.

Q : Félicitations pour avoir remporté le prix du professeur à temps partiel de l'année de l'APTPUO 2019. Qu'est-ce qui vous a pousser à devenir professeure et que pouvez-vous dire sur votre parcours académique ?

SA : Merci. C'est un honneur de recevoir ce prix. J'ai toujours su que je voulais devenir professeur, mais je n'ai jamais envisagé de poursuivre mon doctorat. Lorsque j'ai suivi le programme de Formation à l’enseignement ici à uOttawa, c'est en fait un de mes professeurs qui m'a encouragé à poursuivre ma maîtrise et ensuite mon doctorat. Il n'y avait pas de postes d'enseignant à l'époque, donc le moment était bien choisi ! Le chemin a été long et cahoteux, mais je peux honnêtement dire que les études supérieures m'ont appris la résilience et le courage. Elles m'ont également permis d'être une représentante des femmes de couleur dans un domaine qui manque gravement de représentation. Maintenant, je suis le professeur qui encourage mes étudiantes et étudiants à poursuivre leur cheminement vers les études supérieures !

 

Q : Parlez-nous de votre philosophie d'enseignement.

SA : Ma philosophie d'enseignement est entièrement dédiée à la justice sociale et à l'éducation inclusive comme un droit pour tous. Pour moi, l'enseignement ne concerne pas uniquement les matières que j'enseigne, mais aussi les moyens de créer des espaces pour que les étudiantes et étudiants (jeunes et vieux) s'épanouissent, établissent des liens avec eux-mêmes, entre eux et avec moi, et développent le désir de donner au suivant.

 

Q : Quels sont vos principaux centres d'intérêt en matière de recherche et comment s'articulent-ils avec votre enseignement ?

SA : Mes recherches portent principalement sur l'éducation antiraciste et le féminisme. J'ai suivi un cours de troisième cycle avec le professeur Timothly Stanley lorsque je faisais ma maîtrise et cela a changé ma vie. Pour la première fois, je me suis sentie vue et entendue. Une grande partie des recherches que j'ai lues pendant ce cours ont validé mon désir de poursuivre mes recherches sur ma propre identité en tant que femme musulmane et sur les obstacles que j'ai rencontrés en grandissant, que je considérais comme normaux mais dont je réalisais qu'ils étaient imprégnés de préjugés et de racisme. L'utilisation de l'antiracisme comme pédagogie d'enseignement a beaucoup influencé ma pratique d'enseignement, car elle m'a permis de créer des liens avec mes étudiantes et étudiants en allant au-delà du contenu des cours que nous explorons ensemble.

Q : Qu'en est-il de l'enseignement de sujets difficiles en classe ?

SA : J'aborde à chaque trimestre le sujet difficile des privilèges. Je demande aux étudiantes et étudiants à la Formation à l'enseignement, qui sont souvent des individus blancs racialisés, de réfléchir à la manière dont leur identité et les normes qu'ils ont construites influencent leurs pratiques en classe. Puisque je suis une femme de couleur, il peut être inconfortable d'entamer ce genre de conversation. Il y a souvent les membres de la population étudiante qui sont très résistants à ce sujet. J'apprends également à aborder ces sujets de manière à ne pas interrompre les discussions. S'il y a bien un groupe de personnes que je veux appeler à participer à cette importante conversation, c’est le personnel enseignant futur. 

 

Pour en savoir plus sur la professeure Saba Alvi

 

Haut de page