Tricia McGuire-Adams, Chaire de recherche du Canada sur l’autonomie en santé des Autochtones

Publié le mardi 11 août 2020

Tricia McGuire-Adams

Félicitations à Tricia McGuire-Adams, professeure à la Faculté d’éducation, pour sa nouvelle Chaire de recherche du Canada (CRC) de niveau 2 sur l’autonomie en santé (ganandawisiwin) des Autochtones. La professeure McGuire-Adams entame son mandat de titulaire de chaire alors que le programme des CRC appuie l’excellence en recherche depuis 20 ans cette année. Ses travaux transdisciplinaires visent l’intégration des réseaux de connaissances autochtones pour remédier aux conséquences de la colonisation sur la santé et le bien-être des Autochtones, en mettant l’accent sur l’étude des handicaps, les récits (Anishinaabeg dibaajimowinan) et les rencontres ayant un but précis (Wiisokotaatwin).

 

« il y a beaucoup à apprendre des voix, des théories et des méthodes autochtones de promotion du bien-être qui sont au cœur de nos connaissances sur les handicaps, les liens de parenté et les démarches de décolonisation. Je suis ravie d’encourager la recherche sur la santé et le bien-être grâce à ma Chaire de recherche du Canada sur l’autonomie en santé (ganandawisiwin) des Autochtones.»

-Tricia McGuire-Adams, PhD

 

Tricia McGuire-Adams est originaire de la Première Nation Bingwi Neyaashi Anishinaabek, sur le territoire du Traité Robinson-Supérieur. Elle est l’auteure d’un ouvrage intitulé Indigenous Feminist Gikendaasowin: Decolonization through Physical Activity (à paraître à l’automne 2020 chez Palgrave MacMillian) et travaille actuellement sur un certain nombre de projets, dont un partenariat de recherche communautaire avec la Première Nation Naicatchewenin axé sur les connaissances territoriales des Aînés et financé par une subvention Catalyseur des IRSC. Elle est aussi cochercheuse principale, avec la professeure Danielle Peers, titulaire d’une chaire de recherche du Canada sur les cultures du handicap et du mouvement, dans le cadre d’un projet financé par le Fonds Nouvelles frontières en recherche du CRSH qui vise à créer des approches novatrices et concertées pour aborder les questions de l’accès, de l’exclusion et de l’effacement dans le sport. Elle participe également à un projet de recherche qui fait progresser les perspectives autochtones sur le handicap, financé par l’Institut LIFE de l’Université d’Ottawa en partenariat avec Sodexo, et elle est membre d’une équipe de recherche dirigée par les professeures Gaudet et Whiskeyjack de l’Université d’Alberta, sur un projet opportun qui met en évidence la présence des femmes autochtones dans le milieu universitaire. Ces projets, combinés au programme de recherche des CRC, soulignent l’avancement de la recherche menée par les Autochtones et financée par l’Université d’Ottawa.

Haut de page